Doc Gyneco Sainte-Maxime

Alors que la pilule fête allègrement ses quarante ans, les moyens de maîtriser sa fertilité se diversifient sans réussir pour autant à détrôner ce symbole de liberté féminine. Malgré la révolution sexuelle, beaucoup de non-dits persistent autour de la contraception hormonale : que faire en cas d'oubli ? Quels sont les risques d'une utilisation à long terme ? La pilule fait-elle grossir ?...


Les contraceptifs oraux qui contiennent à la fois un estrogène et un progestatif sont appelés contraceptifs oraux combinés (COC) ou pilules estroprogestatives ou encore pilules combinées. 
L’estrogène le plus souvent utilisé est l’éthinylestradiol. Le type de progestatif utilisé détermine la génération de la pilule.

Ces Hormones bloquent l'ovulation en remplaçant le travail des ovaires qui sont donc au repos et entrainent un cycle menstruel artificiel. Ils rendent la glaire cevicale imperméable à la pénétration des spermatozoïdes.

  • Les COC dits de 2ème  génération sont les pilules qui contiennent comme progestatif du lévonorgestrel ou du norgestrel. Elles ont été commercialisées depuis 1973.
  • Les COC dits de 3ème  génération sont les pilules qui contiennent comme progestatif du désogestrel, du gestodène ou du norgestimate. Elles ont été mises sur le marché à partir de 1984.
  • Les autres COC (parfois appelés COC de 4ème  génération) contiennent comme progestatif de la drospirénone, de la chlormadinone, du diénogest ou du nomégestrol. Elles sont apparues en 2001.


D’abord, il faut rappeler ce qu’est une grossesse :
Entre la puberté et la ménopause, chaque mois (en principe), une glande du cerveau (l’hypophyse), déclenche l’émission d’un « ovocyte » (une cellule de la reproduction) par un des ovaires.
Cela s’appelle "l’ovulation". L’ovocyte est propulsé hors de l’ovaire dans la trompe de Fallope où il attend les spermatozoïdes. Les spermatozoîdes, déposés dans le vagin au cours d’un rapport sexuel, traversent le "col de l’utérus", et "nagent" vers la trompe. Lorsque un spermatozoïde arrive à l’ovocyte et le féconde, l’union des deux devient un ovule, puis un embryon, qui va ensuite s’implanter et se développer à l’intérieur de l’utérus.

Une grossesse dure en principe neuf mois. Pendant ces neuf mois, une femme enceinte n’ovule pas (elle ne produit pas d’ovocyte), car si elle ovulait, elle pourrait être enceinte de plusieurs embryons d’âges différents... et serait enceinte en permanence.


Les hormones sexuelles fabriquées par l’embryon devenu foetus circulent dans le sang de la femme et sont perçues par le cerveau, qui comprend qu’il est alors inutile de fabriquer des ovocytes puisque une grossesse est en cours... Autrement dit : la grossesse « endort » l’ovulation. La pilule et les autres contraceptions hormonales (implant contraceptif, progestatifs injectables, DIU hormonal) agissent en reproduisant cet "endormissement naturel" de l’ovulation pendant la grossesse.

À RETENIR : Une femme enceinte n’ovule pas ; la contraception fonctionne en reproduisant ce phénomène naturel : les contraceptions hormonales (pilules, implant, progestatifs injectables, DIU hormonal) empêchent l’ovulation en faisant croire au corps de la femme qu’elle est déjà enceinte.

CABINET GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE STEIN & LAHAYE • juin 2018
Infos légales